Alim le Tanneur

Publié le par k.bd

entete alim

 

La ville de Bramhalem vit dans la foi. La religion dit que le prophète Jésameth est parti sur l'océan pour parler aux dieux, et depuis il est devenu un saint. Toutes les lois de la cité sont désormais basées sur cette croyance. Mais voilà que Alim, humble tanneur hors-caste, et sa fille Bul, découvrent l'armure de Jésameth dans le ventre d'un monstre marin. Ils tiennent dans leurs mains la preuve que la religion et tout le système social de Bramhalem sont infondés.

Ce premier tome plonge le lecteur dans un décor à la croisée de l'Inde et du Moyen-Orient, dans le décor lumineux des contes des Mille et Une Nuits. Virginie Augustin, issue du monde de l'animation (Disney et Corto Maltese notamment), dévoile un dessin simple et innocent avec des décors vivants et exotiques. Toute la beauté graphique d'Alim le Tanneur apparaît dans les merveilleuses ambiances pleines de tonus, soutenues de couleurs magnifiques, douces et chatoyantes.

Que de qualités pour soutenir un scénario de Wilfrid Lupano qui pioche quant à lui ses inspirations dans les univers du jeu de rôle, et pourquoi pas de l'heroic-fantasy ?
L'idée du scénario elle-même est assez classique : la remise en cause de religions profondément ancrées dans les esprits est abordée dans toutes les BD occultes fantastiques en vogue. Mais Lupano évite tous les écueils. Sur fond de fanatisme religieux, il préfère inverser les mécanismes de l'heroic-fantasy : les héros, plutôt que de mener une quête de la vérité, préfèrent fuir pour la cacher. A croire que l'auteur aime à taper sur la religion. C'est du moins ce qu'on vient à penser lorsqu'on sait que Lupano est également l'auteur de Corpus Cripies. En tous cas, en ce qui concerne Alim le tanneur, le résultat est original, bien construit et vraiment réussi ! Il en ressort une aventure passionnante, magique, fraiche et fabuleuse.

Les personnages principaux sont attachants. On ne saura trop souligner la bouille adorable de Bul pour laquelle nous avons tous craqué. Les autres personnages ne sont pas en reste. On les verra tous évoluer tout au long des albums à venir, faisant ressortir des personnalités profondes.

Le secret des eaux introduit une série prometteuse. Quête du pouvoir, intolérance religieuse et soif de conquête sont omniprésents, dans un univers remplis de civilisations à la fois familières et nouvelles, au gré des fuites d'Alim et de sa tribu. Un dessin toujours très beau et des couleurs réellement incroyables. Certains regretteront pourtant la perte du charme distillé tout au long du premier album.

Ce premier tome fait en tous cas l'unanimité :
pour David, "un bonheur"
pour Mo', "n'en niera pas la qualité" mais déplore l'approche qu'elle en a eu
pour Yvan, "à lire absolument"
pour Lunch, "c'est vraiment une excellente BD"
pour moi, "mon petit coup de cœur"

 

signature badelel nov 2010

Publié dans Synthèses

Commenter cet article

Lunch 24/09/2011 21:50


Ah oui, on m'en a dit le plus grand bien de cette petite dernière de Lupano. Il faudra que j'y jette un œil à l'occasion. Et puis ce qui est beau dans Alim, c'est aussi qu'il travaille avec
Virginie Augustin. C'est un délice ses dessins et sa colorisation douce a un petit côté magique.


Lemirolf 23/09/2011 20:57


C'est tout à fait compréhensible qu'Alim soulève les débats. En tout cas, il ne laisse pas indifférents.

Normal, Lupano aime tout simplement revisité les genres et en ressortir une problématique un peu plus approfondie que certaine du même genre.

La preuve dans son dernier livre : L'homme qui n'aimait pas pas les armes à feu.
Il a un titre western, des clichés western,la couleur d'un western, mais c'est plus que ça !

http://www.lhommequinaimaitpaslesarmesafeu.com/

Bref, encore une belle surprise après "L’assassin qu'elle mérite", pour un auteur inventif et surprenant... et qui sait s'entourer de dessinateurs de grand talent !


david 24/02/2011 17:08


T'inquiète Lunch ça me va...

Pour Alim, oui, pour moi c'est incontestablement une BD d'HF pour moi.
- l'univers médiéval à la croisée des civilisations
- un personnage solitaire (ou quasi)
- la quête... de la vérité, de la liberté etc...

De plus, il apporte une vraie réflexion sur le concept de politique... et non pas de pouvoir comme on peut le voir dans les albums que tu cites.

Quels sont les notions qui fondent une croyance, une légende ? Comment la croyance sert la politique et réciproquement ? ça pose aussi les notions d'acculturation (écrasement d'une culture par une
autre) ? Sans oublier les notions de stabilité et de progrès...
Tout un tas de réflexion qui sont autant d'éclairage et de questionnement sur nos propres pratiques politiques...
ça ne répond à rien, ça donne un point de vue mais c'est intéressant.

Bon j'ai résumé, mais c'est ainsi que je le vois...


Mr Pyros 23/02/2011 15:52


« " Un personnage solitaire (ou un petit groupe) évoluant dans un monde ancien (ou qu'on ne peut pas dater), fantastique & hostile en quête de... "
"Fantastique", c'est pas pour le petit peuple, les arcanes magiques...

"c'est une des rares bd de fantasy qui s'approprie des thèmes un peu ambitieux comme la politique, la religion"
oui, à part les chroniques de la lune noire, le grand pouvoir , la quête de l'oiseau, la cicatrice du souvenir, conan, les niaiseries d'Arl...(pardon, j'allais dire un gros mot), euh,...c'est
peut-être plus simple de citer celles qui ne parle pas de politique et de religion...;)

Sinon, Mo, oui je sais tout faire, même un com avec un copier/coller!!! cro cro balèze le mec!!!


Mo' 23/02/2011 13:05


au passage, j'admire la prouesse de MrPyros de nous proposer un commentaire gratifié 1/ d'un avatar et 2/ d'un lien vers son blog. Incroyable... cet homme-là sait tout faire ! ^^