Asgard (Meyer & Dorison)

Publié le par k.bd

  entete asgard

 

  Après Héraklès, inspiré de la mythologie gréco-romaine, l’équipe de K.BD poursuit sa revisite des mythes et légendes qui ont forgé les civilisations du monde entier. Pour se faire, quatre de nos plus valeureux membres se sont rendu à Ásgard, le domaine des Ases, situé au centre du monde. Ils en sont tous revenus indemnes, mais marqués par l’histoire de ce Skraëling né avec une jambe infirme.

Selon la tradition nordique, cet enfant frappé de la malédiction des dieux n’aurait jamais du vivre. Épargné par un père qui ne pu se résoudre à le tuer et qui lui donna même ironiquement le nom du royaume des dieux, Asgard a su se faire respecter au fil des ans. Surnommé "Pied-de-Fer", le légendaire guerrier à la jambe d’acier s’est depuis reconverti en chasseur de monstres marins. Ragna Rök, le plus terrifiant d’entre eux, vient d’ailleurs d’engloutir un bateau de pêche, menaçant ainsi le bon approvisionnement des habitants. Contre rémunération, le "Krokkentödter" va une nouvelle fois pouvoir démontrer l’étendue de ses talents… La chasse peut commencer !

Après un excellent one-shot dédié à la Mangouste sur la série XIII Mystery, Xavier Dorison (Le Troisième testament, W.E.S.T., Long John Silver, Human Stock Exchange) et Ralph Meyer (IAN, Berceuse assassine, Page Noire) entament donc une nouvelle collaboration qui s’inspire cette fois de la mythologie nordique.

Voguant quelque part entre le Moby Dick d’Herman Melville et le Thorgal de Jean Van Hamme, ce diptyque invite à suivre une chasse au monstre marin prenante au fin fond des contrées nordiques. Si les regards se braquent inévitablement sur Asgard, chasseur émérite, un brin mystérieux et particulièrement charismatique, le lecteur se laissera également séduire par Sieglind, la jeune orpheline venue compenser ce surplus de testostérone dans un monde de brutes. Montée clandestinement à bord du navire, l’ancienne esclave n’a pas froid aux yeux et saura progressivement briser la carapace du vieux loup solitaire. En limitant son récit à un nombre de protagonistes restreint, Xavier Dorison parvient à développer leur psychologie de manière assez approfondie au fil des pages.

Si ce premier volet installe surtout le décor et présente les personnages, il s’avère également déjà riche en rebondissements. L’action est donc au rendez-vous et un souffle d’aventure accompagne le destin parsemé d’embûches de notre héros. La narration progresse avec beaucoup de fluidité, sans véritables temps morts, alternant affrontements violents qui poussent la tension à son comble et passages plus apaisés, à l'image de la relation entre Asgard et Siegling. Cette histoire qui emporte le lecteur dans une fresque épique digne des meilleurs récits d'aventure, se révèle également très humaine et invite à découvrir le peuple viking à travers ses guerriers, ses traditions et un mode de vie peu égalitaire, où chacun doit rester à la place que la naissance lui a donné.

Le tout est porté par un graphisme très puissant qui, une fois les présentations faites, ne se perd pas dans de long dialogues, mais choisit d’en mettre plein la vue lors d’une chasse qui n’est pas sans rappeler celle du légendaire capitaine Achab. Le choix pertinent des cadrages et le découpage dynamique et millimétré accentuent la force du récit et donnent à voir toute l'étendue d'un univers de légende. Les planches de Ralph Meyer, notamment celles consacrées au combat avec le monstre marin, dégagent énormément de puissance et ses personnages aux trognes expressives ont également tout pour plaire.

Les avis sont d’ailleurs unanimement positifs. Zaelle, qui avoue toujours avoir eu un faible pour les vikings et les monstres marins, savait donc d’avance que cette saga avait tout pour lui plaire et ressort non seulement conquise de cette lecture, mais parle même d’un gros coup de cœur. Dans un avis wikipédien qui ne manque pas d’éloges, OliV’ mentionne un "pied-de-fer" très solide, qu’il recommande vivement aux amateurs de mythologie nordique. Choco souligne la grande qualité de cette saga accessible à un large public et invite tout le monde à se lancer dans l’aventure. Quant à moi, je pense que si vous aimez des séries tels que Thorgal, Northlanders, Le Voyage d’Esteban ou Achab, celle-ci devrait également vous ravir.

 

avatar yvan couleur

Publié dans Synthèses

Commenter cet article