Aya de Yopougon, tome 1

Publié le par k.bd

entete Aya de Yopougon

La Côte d'Ivoire, à Yopougon, à la fin des années 70. Tel est le cadre de l'histoire d'Aya, jeune femme battante et motivée à faire quelque chose de sa vie. Elle veut devenir médecin, là où ses copines ne cherchent qu'à se marier avec un homme riche.
C'est sa vie, celle des gens qui l'entourent, qui forme l'histoire que nous suivons. Une grande tranche de vie et d'Afrique.

Exotisme assuré à travers les pages de cet album, inspirées par la propre vie de la scénariste. On découvre la vie en Cote d'Ivoire, mais une vie éloignée des clichés habituels sur l'Afrique. Pas de guerre civile, de massacres ou de famines, à Yopougon. Juste un quartier urbain pauvre, avec ce qu'il a de bien et ce qu'on peut avoir envie de quitter. Et le tout, sans misérabilisme aucun. C'est une chose indéniable que nous retenons de cet album, et qui fait son charme: offrir une vue de ce continent différente et positive. Car cela peut aussi être le cas. S'ajoute à cela une certaine universalité des thèmes, qui permet à l'histoire de parler au plus grand nombre.

Et pourtant, cette histoire ne convainc pas tout à fait. Les avis sont très partagés. Pour ce même album, certains d'entre nous y voient une grande originalité, là où d'autres trouvent cela très convenu. Un effet de mode, peut-être, entre Aya et Magasin Général, des séries destinées à nous faire voyager et à nous faire découvrir des cultures. Ce débat n'est pas tranché.
Même le dessin ne rassemble pas totalement les membres de KBD. La simplicité du trait est reconnue par tous, mais tout le monde ne tire pas les mêmes conclusions de cette simplicité apparente. Manque d'originalité (Sfar est évoqué comme "influence") parfois, nous sommes surtout partagés entre savoir si cette simplicité est à la hauteur du récit, ou si elle constitue un handicap.

Oui, KBD doute sur cet album. Il est un point pourtant qui fait l'unanimité, ce sont les petits bonus proposés en fin d'album. Un lexique "Yopougon/ France" très fourni, pour comprendre toutes les expressions fleuries utilisées dans l'album (mais que tout le monde n'a vu qu'à la fin de la lecture), deux recettes de cuisine alléchantes, et un article sur la mode vestimentaire. Cela ne "sauve" pas l'album, mais procure un certain plaisir à la lecture.

Paul est plutôt content de sa découverte, de même que Yaneck, et David encore plus. Mo' elle n'a pas trouvé d'originalité à cet album et cela lui procure un sentiment mitigé.

 

signature yaneck juin 2010


Publié dans Synthèses

Commenter cet article

Mo 18/01/2013 22:29

Je n'ai pas poursuivi au-delà du tome 1. Plus le temps passe et plus je suis critique à son égard ^^ Peut-être devrais-je reprendre ce tome et en profiter pour lire les suivants, car il est bien
difficile de percevoir la qualité d'une série en ayant une vision si étriquée de son univers ;)

Nico 18/01/2013 21:48

J'étais aussi un peu mitigé après ce premier volet, mais c'est parce qu'il est moins rythmé, et plus difficile à suivre (en raison des nombreux personnages) que les suivants. Au final, j'ai dévoré
les six épisodes, et c'est un vrai régal. Par contre, je n'ai rien contre les bonus, mais ils ne me passionnent pas outre mesure (je n'aime pas tellement la cuisine). L'intérêt principal repose
clairement sur la BD!

Lunch 29/07/2010 23:33


Il n'empêche que... qu'est-ce que tu n'as pas aimé dans Aya Valérie ?
Tu trouves cette BD surestimée par les chroniqueurs de manière générale (et elle obtient en effet de belles notes sur les sites BD). En quoi penses-tu le contraire ? :)

Les avis divergents, c'est bien de les faire valoir au même titre que les avis positifs !


Yaneck Chareyre 27/07/2010 18:14


OUi, mais pas beaucoup. Juste Mo'. ^^
Les autres, ont a aimé lol


valérie 26/07/2010 16:41


Ouf! Je trouve enfin des blogueurs qui ne sont pas sous le charme de cet album. Et je me sens enfin moins seule.