Billy Brouillard, tome 1

Publié le par k.bd

entete billy brouillard

 

Billy est un enfant comme les autres qui passe ses journées à jouer dehors. Ses compagnons de jeu (souffre-douleurs devrais-je dire) sont Tarzan, son chat, et Jeanne, sa petite sœur. Il vit dans son univers imaginaire peuplé de créatures étranges et pittoresques. Le jour où le chat Tarzan meurt, Billy plonge encore plus profondément dans son univers personnel en quête de compréhension : Qu'est-ce que la mort ? Pourquoi la mort ? Y a-t-il quelque chose après la mort ?

L'album est assez atypique en ce qui concerne la présentation. Plus qu'une simple bande dessinée, il se présente sous une forme encyclopédique, composé d'histoires et entrecoupé d'extraits de l 'Encyclopédie Curieuse et Bizarre de Cryptozoologie et d'extraits de la Gazette du Bizarre. Le livre lui-même est un bel objet. Il propose une couverture travaillée qui n'est pas sans rappeler les ouvrages anciens. Le papier, de bonne qualité, alterne entre pages blanches et pages jaunies qui mettent en valeur le côté "ancien" de la présentation. Les teintes sépia et le dessin à l'encre participent également à cette ambiance. C'est aussi un ouvrage ludique dans lequel on va avoir envie de fouiller. D'ailleurs on s'aperçoit très vite que l'on passe directement de la page 13 à la page 139. Il faut dire qu'il y a 127 pages 13 ! Un ouija s'est aussi glissé à la fin de l'album. La construction même du récit ne fait pas de cette BD un récit à lire en une fois. Elle favorise au contraire une lecture saccadée : une sorte d'histoire du soir pour les enfants, comme le suggère Paul ? Une absence de rythme comme le considère Yaneck ?

Si tout le monde n'y a pas trouvé son intérêt, si certains la trouvent drôle et d'autres pas du tout, nous sommes tous d'accord pour trouver l'univers prometteur. Billy Brouillard nous a fait pensé aux univers de Tim Burton avec la thématique de la mort et du fantastique et l'ambiance sombre. Morbide mais tout à la fois innocente, fine et pleine de tendresse, elle établit un lien entre l'imagination et la réalité à travers un univers riche.

On salue au passage la collection Métamorphoses dirigée par Barbara Canepa et Clotilde Vu qui propose une ligne éditoriale aux accents fantastiques prononcés.

Yaneck reconnaît certaines qualités à l'univers mais s'est ennuyé et n'a pas terminé la BD.
Oncle Paul s'est régalé à la lecture de Billy Brouillard et a apprécié son charme.
C'est avec appréhension que Mo' l'a ouverte, mais elle a rapidement été conquise.
Paul a aimé sortir des sentiers battus et propose une analyse approfondie des thématiques de l'album.
David aussi a apprécié cette lecture, la finesse de son écriture et la métaphore cachée des angoisses enfantines
Lunch trouve qu'elle sort simplement du lot.
J'ai moi-même été séduite par son côté mystérieux.

 

signature badelel juin 2010

Publié dans Synthèses

Commenter cet article

Mo' la fée 25/08/2010 09:41


tu sais Yaneck, j'ai bien aimé parce que je trouve la forme du récit originale et le ton employé m'a fait souvent sourire. Mais je n'ai pas pour autant l'envie de me ruer sur le second tome.
Quant à vos avis à Faelys et toi, ils sont souvent différents. Vous n'aborder pas la BD par le même angle. Je vous ais lu tous les deux il y a peu sur Vinland Saga, je suis du coup complètement
partagée ^^


Yaneck 23/08/2010 12:26


Donc je fais partie des rares à ne pas aimer? Snif...


faelys 20/08/2010 11:19


je l'ai acheté après être passée devant en librairie, il a rapidement été adopté par les zélèves qui adorent le côté "macabre soft", des collègues ont même accroché (tout en me faisant l'éternelle
remarque "mais tu laisses les zélèves lire ça?" s'ils savaient...). j'ai été surprise de le lire moi-même en entier et avec le sourire aux lèvres! je suis maintenant d'autres créations du même
auteur (dont son chouette perso "gloupik")...