Hikaru no Go (Hotta & Obata)

Publié le par k.bd

entete hikaru no go 

 

Le mois de juillet touche à sa fin, tout comme notre thématique du sport et du dépassement de soi. Après avoir vu le ping pong, le kyudo, l'alpinisme et le cyclisme, nous allons faire un petit détour du côté du sport cérébral.

Hikaru no go (le go d'Hikaru) est un manga de Yumi Hotta et Takeshi Obata, dans lequel on suit le jeune Hikaru Shindo. En fouillant dans le grenier de son grand-père, Hikaru va mettre la main sur un goban (le nom du plateau du jeu de go) un peu particulier. Ce dernier est en effet hanté par l'esprit de Saï Fujiwara, qui était professeur de go à l'époque Heïan (794-1185). Hikaru va donc être le seul à pouvoir interagir avec Saï, le gros problème étant qu'Hikaru ne connaît rien au go et se fiche complètement de ce jeu. Autant dire que la cohabitation entre le jeune garçon et l'esprit ne sera pas de tout repos...

Au moment où nous avons choisi les titres pour le thème du sport et du dépassement de soi, Hikaru no go a un peu divisé l'équipe de KBD. Nous avons longuement hésité pour savoir si nous devions faire entrer ou non un sport cérébral dans la sélection. Le dépassement de soi étant une notion importante dans la thématique de juillet, il était donc difficile de faire l'impasse sur cet excellent shônen qu'est Hikaru no Go.

Comme dit plus haut, au début de l'histoire Hikaru est complètement novice en matière de go (tout comme la plupart des lecteurs de KBD quand nous avons commencé l'histoire), il n'y connait rien du tout et ne s'y intéresse pas. Mais Saï, qui n'avait plus hanté personne depuis une bonne centaine d'années, ne compte pas renoncer facilement à atteindre "le coup divin" ; pour ça il va avoir besoin qu'Hikaru joue pour lui. Très réticent à la base, le jeune garçon va bien vite se prendre au jeu et nous allons pouvoir suivre sa progression tout au long des 23 tomes du manga.

Comme dans tout bon shônen qui se respecte, Hikaru va beaucoup évoluer au fil des tomes, des amis/rivaux vont faire leur apparition et l'aider à progresser et donner le meilleur de lui-même. Tout ça va nous permettre de découvrir toutes les subtilités du go, ainsi que le milieu professionnel de cette discipline, car il est en effet possible de devenir un joueur professionnel de go (mais il est très dur d'y parvenir). Le jeune garçon va évoluer et progresser dans sa pratique de ce sport, mais (et c’est plus rare) il va également évoluer physiquement puisqu’il vieillit au cours de l’histoire.

Yumi Hotta, la scénariste de la série, a réussi un véritable tour de force avec Hikaru no go : celui d'arriver à faire découvrir et apprécier le go. Grâce à ce manga, le jeu de go a connu un essor mondial, il faut dire qu'il est tellement prenant qu'on n’a qu'une seule envie lors de notre lecture : se (re)mettre au go. Il y a d'ailleurs plein de bonus au fil des tomes qui nous y incitent, comme par exemple des petits exercices pratiques de go (tsumego), des adresses pour jouer en ligne...etc. il est donc très difficile de ne pas succomber à la tentation.

L'autre grande force de la série, c'est bien évidemment le dessin de maître Obata (le dessinateur de Death Note et de Bakuman entre autres), qui a l'art de donner vie à ses personnages. Il réussit même l'exploit d'arriver à rendre les parties de go sur papier vivantes, on a l'impression de les suivre en direct et d'entendre les pierres claquer sur le goban. Toutes les parties présentées au cours des albums sont supervisées par Yukari Umézawa qui est une joueuse professionnelle de go, ceci afin de les rendre plus plausibles et de montrer toute la technicité des parties de haut niveau.

Au fur et à mesure des volumes, Hikaru va prendre goût au go et ne se contentera plus d'être un simple observateur des parties de Saï : il va chercher à prouver que lui aussi peut jouer au go. Bien évidemment ce ne sera pas facile et de nombreuses embûches vont se dresser sur sa route. Mais le jeune garçon fera tout son possible pour en venir à bout, donnant toujours le meilleur de lui-même et cherchant à tout prix à progresser. Autant dire que le dépassement de soi est largement à l'honneur dans ce manga.

Nous sommes tous ressortis conquis de notre lecture, d'ailleurs Yvan et Lunch ont donné leurs avis sur chacun des tomes individuellement (ce qui n'est pas une mince affaire). Pour Badelel « la série aborde à la fois tradition et modernité, fantastique et réalité, du défi et de l'amitié. On voit les personnages vieillir tant mentalement que physiquement à mesure que les années passent et ça c'est le détail qui tue.» Son seul regret, c'est que le nom de Yumi Hotta (la talentueuse scénariste) n'a pas été trop retenu. Lunch a quant à lui apprécié que « les auteurs ne se contentent pas simplement de nous faire vivre une histoire de fantôme : ils sont parvenus à vraiment nous captiver avec un jeu qui pourrait, s'il était mal raconté, être d'une fadeur extrême. »

Champi qui est passionné de BD et de jeux, a été ravi de voir deux de ses passions réunies dans une même série. Bien qu'il déplore quelques longueurs scénaristiques (dues au format de prépublication) pour lui « la quintessence du jeu des pions noirs et blancs est bien présente, et l'on se prend très vite au jeu, voulant nous aussi faire aussi bien que les héros. » Enfin Yvan, bien que très réticent au départ (en raison du côté shônen et du go qu'il ne connaissait pas du tout) a trouvé que « même sans aucune affinité avec le go et sans savoir y jouer on est captivé par l'histoire ». Il tient d'ailleurs à mettre les lecteurs en garde : « ce premier tome pourrait vous donner une forte envie d'apprendre à jouer au go [...] faites attention à la dépendance ! »

Je pense donc que vous l'aurez compris, Hikaru no go est un shônen manga qui s'adresse à tous (des plus jeunes aux plus grands), quel que soit votre niveau au go. Vous ressortirez de votre lecture en ayant toutes les clés en main pour jouer à ce jeu et vous amuser. Une série à (re)découvrir absolument !!!

Il est maintenant temps pour moi de rendre l'antenne et de clore ce mois de juillet consacré aux sports et au dépassement de soi, lequel nous a bien fait transpirer !!! Pas de transpiration au programme du mois d'août, mais en revanche attendez-vous à quelques sueurs froides en compagnie de Mo' et de son thème...

D'ici là et au nom de toute l'équipe de KBD je vous souhaite un bon dimanche rempli de bonnes lectures et vous dis à la semaine prochaine !!

 

avatar mr zombi couleur

Publié dans Synthèses

Commenter cet article