Isaac le Pirate, tome 1

Publié le par k.bd

entete isaac

 

Isaac Sofer est un jeune peintre sans le sou au talent prometteur. Heureusement, sa fiancée Alice est là pour veiller au grain. Amoureux, Isaac l’est assurément. Mais, une dispute, un petit tour dans la nuit et une rencontre avec un étrange médecin devenu marin l’entraîne vers le large. Une aventure qui le mènera aux quatre coins du monde, des glaces du pôle aux plages de sable fin.

Au début des années 2000, Christophe Blain est l’une des grandes figures de l’Atelier des Vosges, un atelier d’auteurs de bandes dessinées formé en 1995. Travaillant aux côtés d’artistes oubliés comme Joann Sfar, Emmanuel Guibert, David B., Marjane Satrapi, Frédéric Boilet, Emile Bravo ou Lewis Trondheim, il participe activement à la « Nouvelle BD » et à l’engouement non négligeable qui s’en suivra en France… Mais si, c’est l’époque où les amateurs de « vrais livres » commencent à se tourner vers la BD ! Souvenez-vous, nous y étions !

Si cette mouvance n’est pas une révolution - les standards de la BD ont explosé depuis déjà un temps certain - c’est une approche différente du média bande dessinée. Ces auteurs mêlent sans peur la tradition (cf la collection Poisson Pilote dont ils seront les premiers participants) et le souci de se démarquer sur le plan graphique/narratif de l’école Franco-Belge.

Depuis le début des années 2000, j’entends régulièrement les tenants de la tradition et les amateurs de cette impertinence se quereller à propos de la « beauté » du dessin de ces auteurs. C’est avec un petit sourire que j’ai constaté que nos différentes chroniques reflétaient en partie ce débat. Alors beau ou pas ? Fouillis ou pas ? Réaction dubitative de Zorg et plutôt neutre d’Yvan… Quant à moi, j’aime beaucoup cette énergie dans chaque trait de Christophe Blain. Impression renforcée par les couleurs directes utilisées. Mais là encore c’est une affaire de goût.

Que dire de l’histoire ? Si Yvan reconnaît le talent de conteur de Christophe Blain et apprécie le côté poétique, il s’est tout de même beaucoup ennuyé. Zorg et moi sommes en revanche plus enthousiastes, trouvant dans ce tome 1 toutes les qualités d’un prix d’Angoulême (reçu en 2002). Mais si le premier cycle (T1 à 3) est franchement réjouissant, la suite s’essouffle rapidement. Le volume 6 est toujours en attente de parution depuis 2005 !

Alors doit-on se tourner vers les nouvelles séries de pirates comme Long John Silver ? Pour les amateurs d’aventure pure et dure, assurément ! Les histoires du petit peintre pirate sont sans doute moins palpitantes. Cependant, et tant pis si le rédacteur de la chronique sort de sa réserve, Isaac le pirate apparaît encore comme une œuvre originale, par cette envie de raconter les choses d’une manière différente. La question est de savoir si la « Nouvelle BD » est bien encore « Nouvelle » ou si les années n'ont pas un peu usé l'ensemble ? Si les affres du temps s’en mêlent aussi, on n'a pas fini d'en parler !

On attend vos commentaires !

 

signature david nov 2010

Publié dans Synthèses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yvan 12/06/2012 17:15

Oui oui, j'ai tout de même lu la suite... je sais : c'est maladif, mais je me soigne :)

http://www.coinbd.com/series-bd/isaac-le-pirate/avis-yvan.html

zodiak to zion 12/06/2012 01:22

Et bien je trouve que dire qu'on s'ennuie devant ce chef d'oeuvre est un peu facile et vraiment déplacé... Blain y a vraiment mis tout ce qu'il ressentait, l'histoire est époustouflante, et tout ce
qu'on ressent à la fin c'est " Mais la suite vite!"
Blain excelle dans les illustrations maritimes. Le réducteur de vitesse nous le montre bien. Isaac le Pirate et un tout autre genre qui nous laisse en haleine durant toute l'histoire.
A Yvan, qui c'est ennuyé, une seule question. N'avez vous pas lu la suite tout de même ?
...
Hate de voir arriver la suite Monsieur Blain...