L'Histoire des 3 Adolf (Tezuka)

Publié le par k.bd

entete 3 adolf 

 

Lorsque nous avons décidé sur k.bd d'aborder le thème de la guerre, nous voulions vous offrir un large éventail des genres. Nous souhaitions vous parler de différents lieux, de différentes époques, de différents aspects.
Il est cependant des incontournables que nous ne pouvons éluder : la guerre de 39-45 en fait évidemment partie. Nous avons déjà parlé de celle-ci au travers de l'œuvre phare d'Art Spiegelman - Maus - quelques mois plus tôt. Cette fois nous l'aborderons sous un angle nouveau : un récit où la réalité et la fiction se confondent pour nous dépeindre le point de vue japonais sur cet événement majeur de l'Histoire.
L'œuvre en question, c'est L'histoire des 3 Adolf. Une série qui nous permet en même temps de parler enfin de celui qui est considéré de par le monde comme le Dieu du manga : Osamu Tezuka !

Ne se fait pas appeler Dieu du manga qui veut. Plus qu'un titre, c'est surtout une vérité : Osamu Tezuka est le grand maître du manga, incontestable et incontesté. L'auteur japonais a débuté sa carrière à l'âge de 18 ans seulement, en 1946, alors qu'il poursuivait en même temps ses études universitaires pour devenir médecin, suivant la tradition familiale. Son père, qui était constamment en déplacement, possédait une vaste collection d'ouvrages que le petit Tezuka enfant ne cessait de consulter durant l'absence du paternel, fait qui lui a permis d'enrichir considérablement sa culture, faisant de lui un véritable touche-à-tout, indéniablement passionné.
Touche-à-tout, il le sera tout au long de sa vie, abordant dans ses mangas une variété extraordinaire de récits, de tous genres et pour tous âges : Shônen, Shôjo, Seinen, il est à la base de tous les courants à venir. Une collection d'œuvres épatante de diversité et de maturité. Jugez plutôt, pour n'en citer que quelques uns : Astroboy (science-fiction), Le Roi Léo (œuvre qui inspira plus tard Disney pour Le Roi Lion), BlackJack (aventure, médecine), La vie de Bouddha (religion), L'histoire des 3 Adolf (guerre), Phénix (métaphysique), Ayako (inceste), L'arbre au soleil (Japon médiéval, médecine), Princesse Saphir (Shôjo), Kirihito (Seinen - médecine), Ludwig B. (musique)...
Osamu Tezuka était un précurseur dans le manga tout comme Moebius l'était à la bande dessinée Franco-Belge. Si le manga a depuis longtemps un temps d'avance sur la bande dessinée sur les thèmes traités, c'est à Osamu Tezuka qu'il le doit.
L'histoire des 3 Adolf est une série en 4 tomes qu'il a écrite sur le tard, entre 1983 et 1985. Un thème fort qu'il voulait absolument aborder et qui lui tenait très à cœur, mais qu'il a mis très longtemps à écrire, attendant d'atteindre une certaine maturité. Ce fut finalement l'une de ses dernières œuvres avant de tirer le rideau sur une vie bien remplie mais terriblement courte, le 9 février 1989... il n'avait alors que 60 ans.

L'histoire des 3 Adolf raconte la seconde guerre mondiale, vue du côté des japonais. Une vision différente qui met en scène le conflit à venir mais aussi la façon dont il est perçu, dont il évolue, au pays du soleil levant. La série est très documentée et évoque les points clefs de l'Histoire, au Japon et dans le monde. Il met également en avant les dérives de l'exclusion et la montée du nazisme qu'il dénonce.
Pour ce faire, Osamu Tezuka a pris le parti de faire coexister réalité et fiction, puisqu'une enquête imaginaire haletante nous fais revivre un passé au contraire bien tangible. Une enquête qui débute lors des Jeux Olympiques de Berlin en 1936 et qui se poursuit au Japon, jusqu'en 1938 pour ce qui concerne le tome 1. Une affaire qui implique des hauts fonctionnaires nazis faisant tout pour étouffer la rumeur, car elle pourrait faire trembler tout l'Empire Hitlérien : et si le Führer était juif ? Le récit met aussi en scène deux enfants, protagonistes principaux, portant tous deux le nom d'Adolf. Ces gamins issus de l'immigration allemande au Japon se lient d'amitié, mais une amitié fragile : d'un côté ils doivent lutter contre la xénophobie dont ils sont victimes de par le peuple nippon, de l'autre ils doivent aussi faire front à leur famille. Adolf Kamil et Adolf Kaufmann sont allemands, mais l'un est juif tandis que l'autre est fils de fonctionnaire nazi. Deux mondes les opposent avec cette guerre montante.

Pour ancrer le récit sur du papier, Osamu Tezuka a dû adapter une nouvelle fois sa plume pour coller au mieux à l'ambiance. Son dessin se fait plus dur, plus expressif. Il n'en demeure pas moins que le maître possède un coup de crayon reconnaissable entre tous. Certains dans l'équipe y voient parfois de la caricature, d'autres le trouvent vieillot. C'est sûr qu'il n'est plus tout jeune ce dessin, mais je pense pour ma part qu'il fait partie du patrimoine et qu'il s'inscrit en quelque sorte dans l'Histoire de la bande dessinée. Attention, il n'est pas non plus désuet pour autant : Osamu Tezuka en fait un formidable moyen d'expression au service de sa narration. Il permet de véhiculer des émotions, de ressentir son dynamisme. Un style efficace et très rapidement assimilable par tous.

L'histoire des 3 Adolf est une formidable série, percutante, bouleversante, intelligente.
Si vous souhaitez vous la procurer, elle est aujourd'hui éditée dans un format "luxe" avec une superbe couverture et dotée d'un supplément de quelques pages en fin de volume permettant de mieux appréhender le contexte historique de l'époque, les événements marquants. Une analyse intéressante et pointue de l'œuvre.
Nous regrettons tout de même dans l'équipe que ce tirage "luxe" ait été édité avec un papier de qualité médiocre, très fin. Nous regrettons également que l'éditeur français, en l'occurrence Tonkam, ait pris le parti de publier dans le sens de lecture occidental, de gauche à droite. Ce faisant, le salut Hitlérien est par exemple porté par le mauvais bras. Ils ont dénaturé le récit, les propos, tout simplement l'œuvre de Tezuka... pire encore : l'Histoire !


Nos avis :
Yvan : « Il faut d’abord un peu s’habituer au dessin assez simpliste avec une façon très à part de dessiner les expressions, mais une fois passé ce cap l’histoire devient vite passionnante. »
OliV' : « [...] une écriture graphique subtile et percutante. L'aura de ce récit nous entraîne à lire les 250 pages de ce premier tome avec intérêt et passion. »
Badelel : « [...] Comme toujours, c'est encore un titre incontournable signé Osamu Tezuka. »
Choco : « [...] loin d'être une œuvre sombre, l'auteur réussit le tour de force de proposer une histoire divertissante qui fait parfois même preuve d'humour, tout en abordant de façon frontale des thèmes forts et difficiles. »
Et moi... : « [...] une œuvre magnifique qui donne à réfléchir sur la condition humaine et qui nous transporte au cœur de l'Histoire. »

 

avatar lunch couleur

Publié dans Synthèses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article