La vie de Bouddha (Tezuka)

Publié le par k.bd

entete bouddha

 

La religion définie par Cicéron, c'est : « le fait de s'occuper d'une nature supérieure que l'on appelle divine et de lui rendre un culte ». Et la religion dans la bande dessinée, ce n'est pas que du style franco-belge comme nous l'avons entr'aperçu dimanche dernier avec Dieu en personne de Marc-Antoine Mathieu ; la religion dans la BD, c'est aussi du manga avec l’œuvre d'Osamu Tezuka, La vie de Bouddha.

Nous avons déjà présenté sur K.BD un titre de Tezuka : L'histoire des trois Adolf lors du thème " La Guerre en BD ". A ce moment là, Lunch présente une collection d’œuvres épatante de diversité et de maturité. Il souligne que l'auteur est un véritable touche-à-tout, indéniablement passionné. Et j'ajoute ici qu'il est un indiscutable travailleur. Car Osamu Tezuka, celui qui est considéré de par le monde comme le Dieu du manga, réalise une hagiographie élogieuse du créateur de la philosophie bouddhiste. Pour cela il réunit plus de 3000 pages en 8 volumes afin de présenter La Vie de Bouddha, en réédition de luxe chez Tonkam.
Quelle force !

L'histoire est de présenter la vie du prince Siddharta, que l'on nomme communément Bouddha. Nous sommes au sud du Népal, à la frontière Nord-Est de l'Inde. Un peu perdu dans un royaume, le prince décide de quitter son palais et ainsi de se confronter à la vraie vie, celle des castes rationnellement inférieures. Un voyage qui s'avère initiatique dans une sorte de recherche spirituelle de la compréhension de toute chose. Ainsi, par l'éveil du prince Siddharta et de son enseignement, Tezuka présente un apprentissage de cette religion qu'est le bouddhisme depuis son origine au Ve siècle av. J.-C. Avec toute la légèreté et l'humour de Tezuka ce récit, qui relate une histoire vieille de plus de 2500 ans, est une aventure pleine de sagesse et d'humanisme, passionnante mais aussi très actuelle. Dans ce premier volet, l'auteur se consacre à poser les édifices et il nous annonce la naissance du futur Bouddha.
Quelle énergie !

L'art dans ce récit est de nous convier à nous initier à la pensée bouddhiste sans mettre en avant le côté religieux.
Comme l'évoque Mike d'Iddbd, « Osamu Tezuka ne s’encombre pas de tout ce cérémonial occidental : il nous raconte Bouddha et le bouddhisme comme s’il s’adressait à des enfants intelligents et malicieux. »
Nous sommes donc bercés dans une odyssée tragi-comique. L'auteur fait grandir l'histoire petit à petit. Et au cours de ce premier tome, ce sont les légendes ayant précédées la venue du prince que nous allons rencontrer. Autant de personnages aux destinées parfois bien étranges et surtout de classes sociales bien différentes.
Yvan développe comme suit : « En relatant les péripéties de ces personnages, l’auteur aborde les différences sociales et le système des castes qui existaient à l’époque, tout en abordant déjà certains principes bouddhistes, comme le fait que chaque vie soit sacrée. »
Quelle richesse !

Dans son style de dessin très sobre, Osamu Tesuka donne à ses personnages des allures de méditation sur la nature et la destinée humaine. Il exprime ainsi le souci constant de véhiculer de mille façons différentes un message de respect mutuel avec l'environnement naturel. J'ajoute dans mon retour de lecture que Tezuka utilise un trait naïf permettant un attachement extrêmement sensible aux personnages. C'est rond, généreux et franc.
Quelle simplicité !

Le bouddhisme est, suivant l'usage, perçu comme une religion sans dieu. Qui d'autre que Tezuka pour présenter à sa manière La vie de Bouddha. La perspective de cette histoire est de suivre ledit divin dans la recherche de l'ascèse d'une vie immatérielle et en rêve de pureté. N'ayant attiré que peu d'audacieux dans l'équipe, cette lecture n'en reste pas moins une formidable épopée avec comme seul précepte, celui de se lancer !
Quelle vie !

Et pour les plus hésitants (j'en vois encore) à se projeter sur les 8 tomes de cette série magnifique, ces quelques 3000 pages pleine d’humour, de sagesse et d’humanisme auront l’avantage de leur faire (re)découvrir une culture, une philosophie et une forme de connaissance dirigée vers l’humain (au sens noble du terme) et dans l’espoir alors de le voir s’améliorer…

 

 

avatar Oliv couleur

Publié dans Synthèses

Commenter cet article