Le bleu est une couleur chaude (Maroh)

Publié le par k.bd

  entete-lebleu.png

 

« Mon amour, quand tu liras ces mots, j’aurai quitté ce monde ».
C’est avec les yeux d’Emma que nous lisons les derniers mots de Clémentine. Rendue chez ses parents, la jeune femme prend possession des carnets intimes de son amante. En compagnie du lecteur, elle va plonger dans ses souvenirs passés, remonter le fil d’une courte vie placée sous le signe de l’amour et prendre la mesure de la place qui était la sienne auprès de Clémentine.
Cette histoire qui commence pourtant tragiquement par la fin est celle d'un amour et d'une vie en devenir avec ses espoirs, ses peines, ses au revoir.

Clémentine est une jeune lycéenne qui, comme tous les adolescents, connaît ses premiers émois amoureux. Elle s’est attachée au beau Thomas qui lui tournait autour. Elle a 15 ans, elle court à son premier rendez-vous amoureux, elle croise une fille aux cheveux bleus et elle ignore encore que sa vie va basculer. Les mois passent, sa relation avec Thomas stagne. Clémentine voit ses nuits agitées de rêves érotiques en direction de cette mystérieuse jeune femme mais reste engoncée dans une norme sociale hétérosexuelle.


« Je n’ai pas le droit d’avoir ces pensées » se dit-elle. « Je suis une fille et une fille, ça sort avec les garçons ».


Pourtant, conscient de ce qui se fait jour peu à peu, Valentin le meilleur ami de Clem, lui dévoile son homosexualité et l’emmène bientôt dans une tournée des bars gays. Clémentine recroise alors la jeune femme qui occupe ses rêves. Elle fait enfin connaissance d’Emma. C’est un coup de foudre et le début d’une histoire d’amour à la fois douloureuse et profonde entre les deux jeunes femmes…

Le bleu est une couleur chaude est de ces albums qui marquent durablement le lecteur. On y découvre une histoire d’amour comme les autres, un peu plus compliquée certes car homosexuelle mais qui contient la même dose d’humanité, la même force des sentiments qu’un amour hétérosexuel. La simplicité et l’universalité paradoxale de cet amour nous a tous touchés. David note que l’auteur a su dépasser cette soi-disant différence pour nous montrer un véritable amour romantique. Mo’ qui ne partage pas la même attirance est même parvenue à s’en approprier certains éléments. Pour Zaelle, la question n’est d’ailleurs pas de savoir si c’est mal d’aimer quelqu’un du même sexe mais plutôt de l’aimer quelque soit son sexe ou son origine.
Chaque lecteur pourra y retrouver les éléments communs à toute histoire d’amour : la difficulté d’avouer ses sentiments, les petits moments de joie, de crainte ou de jalousie, la douceur et la sensualité des caresses. Julie Maroh réussit à retranscrire sans difficulté la subtilité des sentiments amoureux.

Si l’amour de Clémentine et d’Emma a la même force que celui de personnes du même sexe, elles doivent pourtant jouer avec la difficulté d’afficher leur homosexualité dans une société encore pétrie de tabous. Le parcours de Clem de ses 15 ans jusqu’à ses 30 ans que nous allons suivre est un véritable exemple sur la complexité qu’il y a à se construire et à s’affirmer dans un modèle qui n’est pas la norme. Clémentine a beaucoup de mal à accepter ses sentiments. Elle craint le regard et le jugement des autres et n’assume pas toujours au grand jour ses attirances féminines. De même, on constate qu’il est difficile pour certains parents d’admettre les préférences amoureuses de leurs enfants. L’homosexualité est traitée ici sans honte, sans clichés. Pas de pathos inutile, pas de sentimentalité niaise. Legof souligne que les personnages s’intègrent parfaitement à notre réalité contemporaine, sans grandiloquence, sans caricature poussée. Pour ma part, les non-dits percent à travers les silences et donnent un album délicat qui s'appuie sur la gestuelle et les expressions.

Le bleu est une couleur chaude est le premier album de son auteur, Julie Maroh. Un album d’inspiration autobiographique qu’elle a conduit seule et qui impressionne par sa maîtrise. Livrons-nous sent que l’auteur l’a dessiné avec ses tripes et y a mis tout son vécu. Yvan parle d’une maîtrise narrative étonnante pour un premier album. Le traitement graphique de cette histoire nous a d’ailleurs tous convaincu. L’ouvrage est dessiné dans un quasi noir et blanc, ponctué de touches de bleu qui contribuent à retranscrire la puissance des sentiments symbolisés par cette couleur. Le bleu des cheveux d’Emma, le bleu de son journal intime, le bleu de la différence, le bleu des sentiments. Un bleu qui devient la couleur chaude de l’amour, de la sensualité, de la vie.
Malgré quelques maladresses de trait relevées par certains, le style de l’auteur reste impeccable. Les qualificatifs élogieux sont nombreux : trait élégant où l’on plonge sans retenue pour Mo’, dessin léger et aérien pour Legof, aquarelle superbe pour Livrons-nous, un graphisme de toute beauté pour Yvan et moi-même. Julia Maroh étonne David en mélangeant des influences assez classiques et une part d’onirisme magnifique. Pour Oliv', l’auteur nous fait vivre les émotions par ses dessins, ses couleurs.
Legof relève que ce n’est qu’au moment où Emma se défait de sa teinture bleue, que les couleurs apparaissent dans l’ouvrage, signant ainsi une fin annoncée entre disputes et maladie.

Vous aurez compris que Julie Maroh est un auteur plus que complet qui a su convaincre toute l’équipe de K.bd autant par sa capacité à raconter une histoire forte et sensible que par sa manière de mettre en images un amour sans tabou. Nous ne doutons pas que ses prochains albums sauront nous surprendre et amorcer le début d’une œuvre de grande qualité. En attendant, vous pouvez suivre l’auteur sur son blog.

Reconnu à juste titre par ses pairs, l’album a d’ailleurs reçu plusieurs prix :
- Prix Jeune Auteur au Salon de la BD et des Arts Graphiques de Roubaix 2010
- Prix Conseil Régional au festival de Blois 2011
- Prix du Public Fnac-SNCF au Festival d'Angoulême 2011
- Prix BD des lycéens de la Guadeloupe

Nous l’avons dit :

Choco : « Un petit bijou de sensibilité (…) Un premier album plus que prometteur, un auteur à ne pas rater et à suivre... C'est un gros coup de cœur pour moi ! »
David : « Cet album fait partie de ces œuvres qui, par on ne sait quelle magie, réussissent l’exploit de former un tout, une copie presque parfaite de l’existence, où durant quelques pages se mélangent la vie et la mort, la renaissance et l’éternité, la joie, les peines, les déceptions… »
Legof : « Une œuvre forte tout en retenue et en réalisme sans clichés faciles sur la communauté homosexuelle. »
Livrons-nous : « Une BD coup de poing qui balaye en un instant tous nos éventuels préjugés pour nous laisser à nu face à une histoire d'amour brillante, dont on se remet difficilement. »
Mo': « Sensible, poétique, touchant, juste… (…). C’est un coup de cœur de lecture. »
Oliv' : « C'est magnifique ! »
Yvan : « Un premier album d’un grande sensibilité. (…) une belle histoire d’amour [qui] aborde également le thème de l’homosexualité féminine avec beaucoup de finesse, en évitant tous les écueils. »
Zaelle : « Une histoire belle et tragique, mais tellement débordante d’amour et d’émotion, qu’on reste sous le charme, bien après la lecture. »

 

avatar Choco couleur

Publié dans Synthèses

Commenter cet article

lasardine 12/05/2013 23:12

une magnifique histoire d'amour... j'avais adoré cette lecture si émouvante!

fan de bd 12/05/2013 11:05

Un bien bel album et une belle rencontre avec Julie lors d'yu ne séance de dédicace. Le scénario est bien maîtrisé et amène a réfléchir.