Les petits ruisseaux (Rabaté)

Publié le par k.bd

entete-les-petits-ruisseaux

 

Entre allongement de la durée de vie et papy boom, les petits vieux sont chaque jour plus nombreux, une vraie invasion ! Pourtant, on a parfois tendance à ne plus vraiment les voir, et à se dire qu'ils sont forcément ennuyeux, un peu gâteux, et pas très rigolos.


Ce mois-ci, le blog de k.bd leur redonne le premier rôle, avec une sélection de titres qui racontent avec humour et joie de vivre les vieux d'aujourd'hui et nous amène la preuve par quatre qu'ils ont bien des choses à dire et à nous apprendre !

Et quel titre pourrait mieux ouvrir un tel thème que Les petits Ruisseaux de Rabaté ?

Rabaté s'est fait connaitre du public par son adaptation d'Ibicus, un roman russe méconnu. Vous pouvez lire la chronique de Nico ici. Mais ce qui lui plait vraiment, c'est de raconter les gens. Ceux qu'on croise tous les jours sans rien leur trouver d'incroyable, lui sait qu'ils cachent en eux mille secrets, doutes et aventures captivantes. Tantôt seulement scénariste (pour Bibeur Lu, Virginie Broquet, Simon Hureau...), tantôt seul maitre à bord de ses titres, il ne s'enferme dans aucun thème ni dans aucun style graphique. Il expérimente mais raconte toujours ses histoires avec beaucoup de sensibilité. La plus grande force de ses récits, sans doute, c'est l'humanité qui s'en dégage. Rabaté aime ses personnages comme il aime les gens, et il nous le prouve dans chacune de ses histoires, délicates et réalistes.

Emile est veuf, Emile est vieux. Sa vie ressemble à la virgule près à ce qu'on imagine quand on pense à un papy vivant dans un petit bourg. La pêche le matin, le bistrot avec les copains, le marché, et le 20H devant la télé. Depuis que son épouse est décédée, il s'est mis entre parenthèse, après tout sa vie est derrière lui.

C'est finalement grâce à son ami Edmond, celui qui semblait avoir l'exact même petit train-train que lui, qu’Emile prend conscience qu'il est encore vivant. Et être vivant, c'est avoir le droit de vivre pleinement, d'avoir une opinion, d'apprendre, de rigoler, de faire des erreurs, de penser à soi.

Les Petits Ruisseaux, c'est un récit d'apprentissage, parce qu'on peut découvrir le monde avec la même naïveté qu'à 15 ans, passé 70 ans.

Sur ce titre, l'équipe de k.bd est unanime : " un sacré coup de cœur " (Mr Zombi), " une grosse claque " (Zaelle), " un petit chef d’œuvre " (Yvan), "un régal" (OliV).

Et pour cause,

nous surprend avec une histoire un peu dingue, alors même qu'elle traite du quotidien.

Il y a d'abord le récit en lui-même. Un " road-movie atypique ", comme le décrit Mo', " un lâcher prise jubilatoire " (Livr0ns-nous) aussi. OliV résume très bien les qualités du titre : " drôle, humble, attendrissant ". Legof nous dit que " l’équilibre entre l’histoire, les instants d’humour, de gravité et d’amour sont très savamment pesés ". L'auteur parvient à parler du sujet presque tabou des vieux, de leur vie au présent, de leurs sentiments, et même de leur sexualité, avec pudeur et réalisme à la fois.

Comme le souligne Yvan " plus que l’histoire touchante et le sujet original, c’est également l’authenticité du cadre et des personnages qui font la réussite de cet album ".

Il y a le dessin aussi qui a touché (presque) toute l'équipe, à part peut-être Legof qui le trouve " personnel mais pas très stylisé ".

Pour les autres, c'est un coup de cœur. Mo' nous dit que " Le dessin de l’auteur est très libre. Les ambiances chaudes de l’album sont un régal. Les jeux de hachures qui les complètent donnent de la profondeur à cet univers ". Quant à lui Mr Zombi trouve que " Le dessin de Rabaté colle à merveille au thème, tout en légèreté et en finesse et nous permet de plonger de plein pied dans l'histoire ". Et pour Livr0ns-nous, le trait est " sensible, parfaitement cohérent avec une histoire délicate, subtile et surtout très juste ".

Une réussite sur tous les plans en somme.

Un récit touchant, un dessin sensible, mais il y a surtout l'effet que cette bande dessinée pas comme les autres provoquent. Car Les Petits Ruisseaux, c'est " une de ces bandes dessinées positives qui vous laissent un petit sourire idiot au coin des lèvres une fois que vous l’avez refermée " (Legof).

Une bd qui " qui donne envie de bouger et d'expérimenter le célèbre "Carpe Diem", quel que soit notre âge " (Livr0ns-nous). Un titre qui nous dit " de vivre, vraiment » Zaelle).

Et puis, les Petits Ruisseaux réussit à nous réconcilier avec les vieux, à dédramatiser l'inéluctable fait de vieillir, de se rabougrir, d'avoir plus d'années derrière que devant soi. D'ailleurs, depuis qu'il a découvert Emile, Mr Zombi espère bien qu'il sera comme lui à son âge.

 

 

avatar zaelle couleur

Publié dans Synthèses

Commenter cet article

Mo 09/04/2013 23:09

Moi aussi. J'ai découvert Rabaté avec cet album en plus... de quoi mettre l'eau à la bouche. Tu as eu l'occasion de lire d'autres albums de cet auteur LaSardine ?

lasardine 07/04/2013 10:20

j'adore les vieux!! je les kiffe et surkiffe!! et dans les p'tits ruisseaux ils sont juste extras!!
j'ai eu un vrai beau coup de coeur pour cette BD moi aussi!