Long John Silver

Publié le par k.bd

entete long john

 

À vos postes moussaillons ! Alors que les récits de pirates ont le vent en poupe depuis les Pirates des Caraïbes, les éditions Dargaud proposent un voyage sous la houlette d’un capitaine des plus aguerris. Malgré sa jambe de bois, l’impitoyable Long John Silver vous attend en effet de pied ferme. L'appel du large retentit, au grand bonheur des amateurs du genre, qui se délectent de cette reprise du personnage de L’île au trésor par le duo de Prophet. Le temps et les vagues ont certes déferlé sur les pages du roman de l’écrivain écossais Robert Louis Stevenson, mais ses boucaniers continuent néanmoins de marquer les esprits.

C’est en 1785, dans l'Angleterre aristocratique, que Lady Vivian Hastings, la vénéneuse épouse de Lord Byron Hastings, vient frapper à la porte du plus célèbre des unijambistes. Officiellement pour l’aider à retrouver son mari, parti trois ans plus tôt pour l'Amérique du Sud où il recherche Guyanacapac, une fabuleuse cité couverte d'or. Officieusement, pour échapper aux conséquences de ses infidélités répétées et pour renflouer le patrimoine familial mis à mal par son aventureux époux. La chasse au trésor peut débuter !

Au sein d’un neuvième art qui prend lentement l’eau, Xavier Dorison choisit donc de surfer sur la vague du récit maritime et propose donc une nouvelle passerelle entre les romans et la bande dessinée. En montant à bord de cette nouvelle aventure en compagnie d’un auteur confirmé, le bédéphile est en tout cas déjà quasi certain d’arriver à bon port. Le (co-)scénariste de W.E.S.T., du  Sanctuaire et du Troisième Testament délaisse le fantastique pour plonger le lecteur au sein d’une intrigue construite autour d’un trésor mythique et fourmillant de caractères forts. Du célèbre pirate à la jambe de bois au désemparé docteur Livesey, en passant par ce repère de loups baptisé SpyGlass, le récit se nourrit du chef-d’œuvre de Stevenson et prend un malin plaisir à raviver le mythe qui entoure ce vieux loup de mers. Mais, Long John Silver n’apparaissant que tardivement, le personnage central de ce premier volet est Lady Vivian Hastings, une femme intrigante aux traits de caractère intéressants et bien exploités. Porté par une narration experte et voguant à un rythme soutenu, le récit accroche de la première à la dernière page. Les canons du genre tournent à plein régime et les amateurs de flibusterie ne ressortiront pas déçus : chasse au trésor, beuveries, boucaniers aux faciès marqués et femmes au caractère bien trempé sont bel et bien au rendez-vous.

Dessinateur prolifique et protéiforme, Mathieu Lauffray (Le Serment de l’Ambre) ne se cantonne pas seulement à la bande dessinée mais touche également au cinéma (Nemo), au jeu vidéo (Orpheus) et à l'illustration. Derrière cette couverture qui accroche le lecteur dès les premiers instants, son trait envoûtant et vigoureux donne corps et vie à cette nouvelle aventure. Eléments déchaînés, regards diaboliques en fond de cale, flammes de l'enfer baignant les recoins isolés des auberges et des cadrages dignes des meilleures productions hollywoodiennes, l’auteur maîtrise son sujet à la perfection et propose des planches somptueuses.

Si Xavier Dorison a attrapé David par le bout du nez et que Champi a eu l’occasion de tailler une bavette avec le très sympathique Mathieu Lauffray, nous sommes tous les trois (voir l'avis d'Yvan) unanimement séduits par ce premier volet et bien décidés à passer à l’abordage de notre librairie favorite pour prendre d’assaut les trois tomes suivants (tome 2 : Neptune, tome 3 : Le Labyrinthe d'Emeraude, tome 4 : Guyanacapac).

 

signature yvan nov 2010

Publié dans Synthèses

Commenter cet article