Simon's Cat (Tofield)

Publié le par k.bd

entete simon

 

Dans l’univers du strip, les animaux ne sont généralement pas en reste. Snoopy, Le fond du bocal, Le Génie des Alpages, Le Chat, Garfield,… depuis 2009, Simon’s Cat vient rallonger la liste de ce bestiaire du strip où les compagnons félins sont peut-être un poil surreprésentés par rapport aux autres espèces.

Tout est parti du quotidien de l’auteur. Simon Tofield s’est inspiré de ses propres chats pour penser et réaliser cette série anglaise qui compte actuellement trois tomes. Il développe ainsi un chat facétieux et roublard qui fait preuve d’une imagination intarissable afin d’atteindre son unique objectif : manger. Tout y passe et les lecteurs qui partagent leur quotidien avec des chats ne manqueront pas de s’y retrouver. « Certaines scènes fleurent toujours bon le vécu » soulève Badelel.

La recette est assez simple : prenez un chat goinfre et son maître obéissant. Installez-les dans une maison et observez les ravages que le chat va causer : attaque en règle de la boîte de pâtée pour chats, réveil musclé du maître à la batte de base-ball, tentative de capture du coucou de l’horloge… sans oublier les péripéties dans le jardin en compagnie d’un hérisson, d’un nain de jardin ou d’un chien de passage. Si le premier tome se consacre exclusivement au côté casanier et ritualisé du chat de Simon, le tome 2 l’emmènera sur les routes à la découverte de nouveaux horizons.

La particularité de Simon’s Cat tient également au fait que le lecteur est face à un récit totalement muet. Le trait de Simon Tofield est délicat et sans fioritures. Une expression graphique qui, tout en allant à l’essentiel, teinte d’une certaine poésie cet univers tendre et cocasse. Lunch n’a pas été insensible à cette invitation au voyage largement portée par des mises en page variées où prennent corps des visuels qui tantôt s'étalent en pleine page, tantôt séquencent une action en quelques illustrations. Comme mes compagnons de lecture, j'ai trouvé l’ensemble vivant, frais et spontané.

Le point commun entre nous trois (lecteurs), c’est que nous connaissions Simon's Cat par le biais des courtes vidéos d’animations accessibles sur internet. La découverte tenait donc plus à l’approche de ces courts récits via ces albums (qui bénéficient d’un format à l’italienne parfaitement adapté à cet univers). Cependant, les geeks de l’équipe ont regretté l’absence d’un petit bouton « Méow » que chacun pourrait actionner quand bon lui semble durant la lecture. Bien que le comique de situation soit présent de bout en bout, on se retrouve tous trois sur le fait que les vidéos sont plus « directes et incisives que la bande dessinée » pour reprendre les propos de Lunch. On peut en visionner sur le site dédié à la série.

Quoiqu’il en soit, ces petites anecdotes illustrées (dont la qualité varie d’une scène à l’autre) de la vie d’un chat ne manqueront pas de faire mouche et de plaire à un large lectorat.

 

avatar mo couleur

Publié dans Synthèses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mo' 16/01/2012 20:41

C'est Lunch qui suggère l'ajout de ce petit bouton... très bonne idée cela dit en passant ^^

Lunch 16/01/2012 20:40

On va faire une pétition à Fleuve Noir pour le rajouter dans les prochains tomes (et/ou sur des éditions "prestige") ^^

Joelle 16/01/2012 16:10

Je suis d'accord : il manque le petit bouton meow ;) Mais sinon, c'est un petit bonheur de lecture !