Toto l'ornithorynque, tome 1 (Omond & Yoann)

Publié le par k.bd

entete toto

Après l'amour et les bêtises, K-BD vous propose d'explorer sa thématique estivale, la BD jeunesse, sous un nouvel angle : l'aventure.
Mais attention, pas n'importe laquelle : pas celle qui frappe parfois au coin de notre porte et s'achève sur le terrain vague d'à côté.
Ici, il ne s'agit rien moins que d'une aventure aux Antipodes...
Sur les traces – palmées – de l'étrange Toto l'ornithorynque.

Le nom à lui seul suffit à faire rire les enfants – et à faire transpirer à grosses gouttes les plus grands cherchant à correctement l'orthographier.
Une fois la couverture – très attirante – ouverte, leur rire devrait se changer en un long soupir admiratif... Car les couleurs, point fort de Yoann sur cet album, sont à couper le souffle – tous les chroniqueurs de K-BD en conviennent.
Elles servent un dessin tout en rondeur – celui des personnages, agréables et bonhommes, dont on devient les amis dès la première apparition – et en détails – ceux des décors, luxuriants, incroyables, inattendus.
L'exotisme est au rendez-vous à chaque case, et la parfaite maîtrise par Yoann de cette couleur directe à deux vitesses le rend éclatant.

Tandis que les images se prêteraient plutôt à la contemplation et la flânerie, le récit d'Eric Omond ne nous laisse que peu de répit – le format « BD jeunesse », de trente pages seulement, ne s'y prête en effet pas, comme le souligne Lunch.
Alors que la vie semblait immuablement se dérouler dans la petite maison de Toto, au bord de la rivière, la disparition de l'eau – et par conséquent des vers et crevettes qui constituent l'essentiel de son alimentation, à commencer par son petit déjeuner – plongent notre petit monotrème (oui, on peut apprendre de nouveaux mots grâce à la bande dessinée, non mais !) dans le plus grand désarroi.
Qu'à cela ne tienne, accompagné par Wawa, son ami Koala, ils partent à la recherche de la source du problème, et de la rivière.
Les rencontres successives étoffent la petite compagnie et permettent au lecteur de se familiariser avec l'incroyable faune australienne. Quant aux trois brins d'écorce magique, ils ne seront pas de trop pour venir à bout des dangers qui émaillent le trajet.
Car un monstre rôderai dans la forêt et serait responsable, entre autres, du tarissement de la rivière...

Pourquoi faire simple quand on peut faire riche ?
La BD Jeunesse souffre souvent de graphisme trop minimalistes ou d'histoires que l'on pourrait résumer en une ligne.
Respectant leurs lecteurs de tout âges, YOANN et OMOND livrent, avec ce premier opus des aventures de Toto, une histoire très rythmée, mettant en scène des personnages et des décors inhabituels et magnifiques servis par un dessin – et des couleurs ! - de toute beauté.
Mo' a été très sensible à l'émerveillement se dégageant de chaque case, et à l'entrain de cette petite troupe animale partant affronter l'inconnu. Elle a apprécié le fait que l'amitié entre les protagonistes leur permette de faire face à la peur et à la mort – deux thèmes présentés ici aux jeunes lecteurs avec une approche réaliste mais sans violence.
Badelel a, comme nous tous, été conquise par le dessin, et a été agréablement surprise par les mariages de couleurs parfois inattendus mais particulièrement réussis. Si l'image fait le régal des plus grands, elle considère par contre que l'histoire, sans double-lecture, est plutôt réservée aux plus jeunes.
Si Lunch a lui aussi été séduit par l'exotisme visuel, il a surtout été emporté par le rythme presque effréné des aventures de Toto, situations et actions s'enchaînant avec dynamisme et sans temps mort. De l'aventure, la vraie.
Pour ma part, grand enfant que je suis resté, j'ai beaucoup apprécié ce voyage au pays de l'ailleurs, voyage au cœur d'un exotisme vécu de l'intérieur par une joyeuse troupe d'animaux à laquelle le jeune lecteur ne pourra manquer de s'identifier. Un récit initiatique renforcé par la trilogie passé/présent/futur, qui offre matière à réflexion, et par un détour du côté de la magie graphique aborigène.

Vraiment, le lecteur ne fera pas le voyage en Australie pour rien... et pourra le poursuivre à travers les 6 autres volumes de la série.

 

avatar champi couleur

Publié dans Synthèses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Joelle 22/08/2011 11:03


J'aime bien le fait que cela se passe en Australie avec une faune plutôt méconnue ! Et puis, cela pourrait me rappeler des souvenirs de mes voyages dans cette énorme ile ;)