Welcome to the Death Club (Winshluss)

Publié le par k.bd

entete welcome

 

Welcome to the death club !

Bienvenus Messieurs et Mesdames ! Entrez, entrez et installez-vous confortablement ! Oui comme ça ! Le Death Club est ouvert à tous ! En 2002, nous étions installés chez 6 pieds sous terre mais depuis, nous avons déménagé chez Cornelius avec des locaux plus grands et de nouvelles attractions. Ici pas de portes qui claquent en fonction de votre faciès ou de votre porte-monnaie, c’est un club où l’égalité règne car maître Winshluss mène la danse et offre un grand spectacle composé de numéros variés mais avec un seul et unique sujet…

La MORT dans tous ses états, voici ce qui vous attend. Ah, je vous vois blêmir à la simple évocation de la grande faucheuse ! Mais rassurez-vous, personne ne s’est jamais plains de nos (ses) services. On trouve déjà dans ce spectacle ce qui fera plus tard la grande qualité de Pinocchio mais aussi de Smart Monkey, Monsieur Ferraille ou  Pat Boon. Un humour noir, corrosif et mordant ; un graphisme cartoonesque, expressionniste, parfois charbonneux, parfois épuré, et surtout un rare sens du cadrage et du découpage donnant rythme et clarté à des histoires pourtant muettes (hormis quelques zombis… cool !). Finalement pas de grandes surprises tant le talent du co-réalisateur de Persepolis est déjà mortellement criant. Comme nous le souligne Zorg, un auteur capable de faire rire dans le noir le plus profond… Un peu comme le Franquin des Idées Noires

Ainsi, ô mortels spectateurs, vous serez entrainés pèle-mêle dans les douleurs de la création littéraire, dans la solitude d'une station-service, dans une scabreuse sortie en famille, dans le difficile apprentissage de la vie par l'héritier de la mort elle-même (l’histoire préférée d’Yvan au passage) et tout un tas de situation particulièrement révélatrices et finement représentées. A la fin, car c’est bien de la fin dont nous parlons ici, comme le souligne avec grâce Yvan et Champi, c’est toujours la mort qui fait inexorablement tomber le rideau.

Voilà, il est temps pour nous de vous raccompagner à la sortie. Oui, vous aimeriez rester mais ne vous inquiétez pas vous reviendrez… un jour… Nous en sommes persuadés, faites-nous confiance ! En attendant ce jour précieux, Yvan, Champi, Zorg et moi-même invitons notre aimable assemblée à lire ou relire avec délectation ce petit bijou d’humour noir. Aujourd’hui, demain et même bien après. Au revoir et couvrez-vous bien en sortant, on ne sait jamais vous pourriez attraper quelque chose… La mort, peut-être ?

 

avatar david couleur

Publié dans Synthèses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sara 27/07/2011 13:17


Je vais essayer de jeter un oeil sur cette BD vu que j'avais beaucoup aimé Pinocchio.